La naturopathie psychiatrique © à Sherbrooke

Nourrissez votre cerveau. Il est possible d’agencer cet accompagnement avec des adjuvants naturopathiques et des produits à base naturelle, ayant pour effet de tempérer les angoisses et les émois.

Le cerveau

Il a la taille et l’apparence d’un petit chou-fleur. Grâce à ses 100 milliards de cellules nerveuses (autant qu’il a d’étoiles dans le ciel), nous pouvons penser, planifier, parler, imaginer et mémoriser. Un aspect important dans les phénomènes de mémorisation est l'oubli. L'oubli permet de nous débarrasser de l'énorme quantité d'information que nous traitons tous les jours et qui est jugée sans utilité pour l'avenir.


Le système nerveux central

C'est le cerveau et son rallongement naturel, la moelle épinière, située au centre de notre colonne vertébrale. Cette dernière offre, avec le crâne, une véritable armure au précieux système nerveux central.


Le système nerveux périphérique

Ce sont les nerfs, dont certains recueillent de l'information et d'autres diffusent les ordres. Les nerfs du visage entrent et sortent directement du cerveau. D'autres atteignent le cerveau en passant par la moelle épinière.


Gestion des émotions telles que la peur, l’anxiété et l'angoisse

Les émotions comme la peur, ou les perceptions comme la vision ne sont pas produites dans le cerveau à des endroits uniques que l'on pourrait appeler le « centre » de la peur ou « centre » de la vision. Ces fonctions dépendent plutôt de plusieurs régions cérébrales interconnectées que l'on appelle des systèmes. Chaque fonction possède donc son propre système qui est un sous-ensemble unique de plusieurs régions cérébrales reliées par des connexions.

Dans le cas de la peur par exemple, le fait de détruire l'amygdale chez un animal a des conséquences désastreuses sur son système d'alarme naturel. Mais cela n'en fait pas pour autant le « centre de la peur » puisque l'amygdale reçoit et envoie des connexions à plusieurs autres régions cérébrales qui sont toutes aussi nécessaires pour permettre à la peur de manifester.

Les émotions sont bien davantage des choses qui nous arrivent que des choses que nous décidons de déclencher. Ce peu de contrôle direct sur nos émotions s'explique en grande partie par la connectivité de notre cerveau. En effet, l'évolution a fait en sorte que les connexions qui partent des systèmes émotionnels et qui vont vers le cortex (le contrôle conscient) sont beaucoup plus nombreuses que celles qui vont dans l'autre sens.

L'état émotionnel lors d'un événement peut influencer grandement son souvenir. Ainsi, devant un événement bouleversant, le transfert est très efficace. Beaucoup de gens se rappellent par exemple où ils étaient quand ils ont appris l'attentat du 11 septembre 2001. Les événements chargés d'émotion font intervenir la noradrénaline, et ce neurotransmetteur est libéré en plus grande quantité lorsque nous sommes excités ou tendus.


Le cerveau hormonal

Plusieurs drogues ou médicaments, en particulier ceux pour les désordres affectifs et la schizophrénie, agissent sur les neuromodulateurs utilisés par les neurones à projections diffuses du tronc cérébral. C'est pour cette raison que, malgré leur petit nombre, la fonction ainsi que la distribution des projections de ces neurones ont fait l'objet de nombreux travaux. Un modèle qui tend à s’inverser avec les traitements aux antidépresseurs qui augmentent l’activité corticale tout en diminuant l’hyperactivité limbique.

Voici quelques termes intéressants :

Adrénaline
Stimulant chimique de nature particulièrement active et provenant d'une d'expérience hautement émotive, catalysant par ricochet une réaction psychophysiologique de même aloi dans tout l'organisme. Souvent synonyme d'épinéphrine.

Dendrite
Prolongement généralement court et ramifié d’un neurone, pouvant être émetteur (ex. porteur d’une charge de neurotransmission), ou en attente de recevoir une charge de neurotransmission.

Dopamine
Acide aminé qui est une forme intermédiaire dans la synthèse de la noradrénaline, dont la fonction spécifique reste encore imprécise. Elle serait toutefois un précurseur de la noradrénaline et de l'adrénaline.

Neurone
Cellule hautement différenciée, constituant l’élément fondamental du tissu nerveux, qui a pour fonctions de recevoir, de conduire, de transmettre et d'intégrer les influx nerveux véhiculant des neurotransmissions.

Neurotransmetteur
Expressions chimiques, porteuses d'encodages d'influence sur nos humeurs, véhiculées via les terminaisons présynaptiques des neurones (dendrite émettrice); libérées lors du passage de l'influx nerveux. Activant, elles font l'objet d'une captation exclusive par des récepteurs spécialisés, situés à l'extrémité de la surface de la membrane postsynaptique du neurone contigu (dendrite en attente). Cela fait, ledit transmetteur est rapidement dégradé par des enzymes ou stocké pour usage ultérieur.

Les neurotransmetteurs les plus répandus sont la dopamine, la noradrénaline, la norépinéphrine et la sérotonine. Ces substances ne diffusent pas en dehors du système nerveux et restent à proximité du neurone sécréteur. Leur action est stimulatrice ou inhibitrice des messages nerveux.

Noradrénaline
Hormone, précurseur biologique de l'adrénaline, de nature hypertensive, voire même stimulante.

Synapse
Zone de contact entre deux extrémités de neurones (dendrites) par laquelle s'effectue la transmission chimique de l'influx nerveux.

Sérotonine
Catalyseur chimique jouant un rôle primordial dans le fonctionnement du système nerveux et provenant de la décarboxylation du 5-hydroxybyptophane et également présente dans la rate, le tube digestif (les plaquettes sanguines).

Découverte en 1933 sous le nom d'entéramine, la sérotonine devint une substance vedette pour les chercheurs des années 1950 et 1960, qui l'estimaient fondamentale dans le maintien d'une saine santé mentale. La sérotonine interviendrait même dans la régulation du sommeil. Au niveau cérébral, c’est dans l'hypothalamus que le taux en sérotonine est le plus élevé.

La sérotonine est fabriquée dans des cellules nerveuses spécifiques à l'intérieur du noyau de raphé, très profondément situé à l'arrière du cerveau, et est ensuite transportée jusqu'aux terminaisons nerveuses à travers le cerveau et la corde spinale.

N’hésitez pas à contacter Geneviève Morin à Sherbrooke pour en savoir plus.

Tous droits réservés Geneviève Morin ND, MSC. M. 2017 - Mention légale
Création de

Mention legale